Tous les gros problèmes peuvent-ils se décomposer en problèmes plus simple ?

Si tous les problèmes pouvaient se décomposer en éléments plus simple, alors cela signifierait que tout le monde pourrait s’atteler à la résolution des gros problèmes.

Aujourd’hui l’opinion commune est que de nombreux problèmes complexes, ne peuvent pas se décomposer en problèmes plus simple, et qu’il est par conséquent indispensable de se reposer sur des experts ayant les aptitudes intellectuelles pour résoudre des problèmes complexes.

Ce qui m’embête avec cette vision c’est que face à un gros problème on ne fait rien car on ne se sent pas capable de trouver des solutions.

Cependant, pour qu’un raisonnement abstrait soit correct, il doit nécessairement se baser sur des postulats.

Par exemple, toutes les matières scientifiques s’introduisent généralement par ce qu’on nomme des fondamentaux.

Il y a donc des éléments simples à l’origine de toutes idées complexes.

Et la complexité se forme d’idées simple.

Or si nous comprenons ces idées simples, nous comprenons comment elles peuvent interagir entre elles.

Donc nous pouvons comprendre les idées complexes de niveau 1.

Or la compréhension d’une idée complexe de niveau 1, devrait en faire une idée simple, sinon cette idée complexe n’est pas vraiment comprise.

Donc les idées complexes de niveau 2 créés à partir des idées complexes de niveau 1, ne sont en réalité que des idées complexes de niveau 1 construites à partir d’idée simple.

Il n’y a dons que 2 niveaux : les idées simples et les idées complexes de niveau 1.

En soit il n’y a pas une pyramide de complexité, et si telle est notre ressentie, c’est que les fondements, ou les briques fabriquées à partir de ces fondements ne sont pas suffisamment bien appréhender.

Et ce n’est pas forcément de notre faute.

Il se peut que certaines idées aient été mal enseignées, car mal appréhendées par l’enseignant, ou même la communauté scientifique.

Pour vous donner un exemple, le calcul d’une dérivée d’une fonction n’est en réalité que le calcul d’une tangente. Cependant, lorsqu’en 1ère S (ou en seconde je ne m’en rappel plus exactement) on m’a introduit la notion d’une dérivée en me présentant la définition d’une dérivée.

On ne m’a pas expliqué à quoi ça servait, et on ne m’a pas introduit de façon simple la façon de calculer une dérivée.

Non, on m’a uniquement présenté la définition.

Ce n’est qu’en prépa que j’ai vraiment compris ce qu’était une dérivée.

Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, c’est pour calculer la pente d’une fonction.

Par exemple si on a une fonction qui traduit une position en fonction du temps, on peut obtenir la vitesse en calculant la dérivée de cette fonction.

Bon si vous n’avez pas compris c’est pas grave !

Le but c’est simplement de montrer qu’une notion apprise au lycée (qui est considéré complexe sur le moment), peut s’expliquer avec une notion vu au collège (notion qui est considéré comme simple lorsqu’on est en 1ère S).

On veut souvent aller vite lorsque qu’on apprend un nouveau savoir (où l’institution qui nous forme nous impose un rythme). Or prendre le temps de bien saisir un concept est essentiel si on est amené à réutiliser ce concept pour construire une autre notion.

L’idée n’est pas de critiquer le système d’éducation, mais plutôt de vous pousser à revoir certains fondamentaux lorsque vous vous trouvez dépassé par un concept que vous n’arriverez pas à saisir.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *