Catégories
Startup

La loi de Goodhart

À l’école (j’entend par école, l’éducation secondaire et supérieure) le but n’est pas d’apprendre, mais d’avoir des bonnes notes. C’est tellement le cas, que certains professeurs retirent des points à leurs élèves pour les sanctionner.

Une telle sanction peut paraître pourtant hors de propos, car les contrôles ont normalement pour but de contrôler l’acquisition des connaissances.

Il fut un temps où il y avait une note de conduite, qui récompensais l’assiduité, l’obéissance ainsi le respect vis à vis des professeurs et des autres camarades.

Mais maintenant comportement, acquisition des connaissances et intelligence sont confondu au sein d’une simple note.

C’est tellement plus simple de ne se fier qu’un un seul indicateur !

Sauf que maintenant il n’y a plus de distinction entre un élève turbulent et intelligent, et un élève gentil, respectueux, mais ayant des difficultés scolaires. Ce sont tout deux des mauvais élèves.

Cet indicateur, cette note, devient dès lors l’objectif !

On oublie la soif d’apprendre !

On oublie la volonté de construire des projets et de comprendre le monde. La seule chose qui compte c’est d’avoir des bonnes notes.

Alors on accumule du savoir, dans la seule optique de le restituer sur une copie double, et une fois adulte on se rend compte qu’on a oublié la majeur partie de ce qu’on avait appris.

Je ne critique pas les élèves, car j’ai moi même vécu ma scolarité ainsi. À faire des annales, à bachoter, à essayer de savoir sur qu’elles éléments j’allais être évalué, pour au final optimiser au mieux ma note.

J’ai essayé de voir l’école comme un lieu d’epannuisement où on s’ouvrait au savoir. J’ai essayer d’approfondir ce qu’on voyait en cours, de comprendre, au point même de remettre en cause ce qui était vu en cours.

Mais alors les notes baissent, on est perçu comme un mauvais élève, et on se prend des heures de colles. Me percevant comme un bon élève, c’est le genre d’événements qui m’a choqué.

Mais malheureusement il n’y a pas qu’à l’école que la loi de Goodhart prend forme.

La loi de Goodhart c’est :

« lorsqu’une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une bonne mesure« 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Goodhart

Mais pourquoi avoir lorsqu’une mesure devient un objectif, cette mesure cesse d’être bonne ?

Tout simplement parce qu’optimiser une mesure ne revient pas au même que d’optimiser les actions pour atteindre un objectif.

  • Il y a tout d’abord la manipulation des chiffres :

On peut manipuler les chiffres du chômage pour faire croire que des réformes ont portées leurs fruits, sans pour autant avoir fait baisser la précarité.

  • Les efforts ne sont plus centrés sur l’objectifs, mais sur la mesure :

À force de faire des annales un élève peut très bien avoir compris comment obtenir une bonne note, sans pour autant avoir vraiment compris la leçon.

Un commercial peut très bien mentir à ses prospects pour en convertir un maximum, et ainsi obtenir une belle prime, sans se soucier des effets à moyen termes sur la marque.

Dans nos prises de décisions nous avons tendance à choisir un chiffres limité de KPI pour faciliter notre gestion et nos choix.

Il faut donc toujours avoir en tête cette fameuse loi de Goodhard, pour s’assurer que nos choix n’ont pas pour unique but d’optimiser une métrique.

La bonne méthode que j’ai trouvé c’est de pensé à l’impact à moyen terme (1 à 2 ans).

Aussi il faut bien choisir ses KPI. Il faut prendre garde aux « vanity metrics » qui flatte notre égaux, mais nous rapproche pas nécessairement de nos objectifs.

Augmenter le nombre d’employés peut être un choix pertinent si notre but est de créer de l’emploi, déléguer un maximum de tâches, créer une entreprise vivante, … Mais si le but c’est de paraître gros, alors ce n’est pas forcément une décision pertinente.

Accepter de grosses commandes peut être pertinent pour augmenter le chiffre d’affaire, et se placer comme un acteur sérieux sur le marché. Mais si l’entreprise n’est pas en mesure d’honorer correctement ces commandes, il vaut mieux avant tout solidifier ses fondations.

SMARTFUL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *